LA méthode DU CENTRE CLAUDERER
CONTRE LA CHUTE DE CHEVEUX

Diagnostic

Analyse minutieuse de la taille des racines et de la kératine de vos cheveux

Traitement

Traitement anti chute de cheveux exactement ciblé sur votre cas particulier

Suivi

Suivi régulier de vos résultats, tout au long de votre traitement de 4 mois

UNE EFFICACITÉ SANS ÉQUIVOQUE
CONTRE LA CHUTE DE CHEVEUX !

clauderer-video-morot

Voici les conclusions du Dr MOROT (Chercheur en Biologie Moléculaire) sur nos tous derniers sérums contre la chute de cheveux :

L’efficacité des sérums 6R et 7R de Clauderer est sans équivoque. Avec eux, le taux de croissance des cellules de cheveux est plus que doublé. L’effet du sérum 7R est non seulement supérieur à celui du Minoxidil à 5 % mais il s’amplifie au fur et à mesure des applications.“
image-placeholder.svg

Diagnostic Clauderer approfondi

Faites établir un check-up complet de vos cheveux

Je veux un diagnostic

Les témoignages

CHUTE DE CHEVEUX :
NOS ARTICLES LES PLUS POPULAIRES

  • Mes cheveux tombent : que faire ?

    D'abord, déterminez tous vos symptômes, de façon précise ! Comment vaincre un ennemi si on ne sait pas exactement qui il est ? Et même si vous êtes sûr(e) que le facteur déclencheur de votre perte de cheveux est du, par exemple à l'hérédité, il faut aussi connaître les éventuels…
  • Le Sérum Clauderer 6R : un sérum anti chute de cheveux

    Pour la première fois sur le marché, un sérum anti-chute de cheveux, contre les alopécies androgénétiques, régénère l'ensemble des phases de votre cycle capillaire. Les conclusions du Dr Morot du CHU de Besançon, Les preuves de l'efficacité du Sérum 6R, sont sans appel…
  • Cheveux crépus défrisés : soigner et réparer

    Vous vous faites souvent défriser les cheveux et pour plus des 2/3 d'entre vous, il est clair que cela abîme beaucoup vos longueurs et risque également de nuire à la santé de votre cuir chevelu. Mais voilà, c'est un mal nécessaire, pensez-vous ! Nos conseils de soins…
  • Maternité et chute de cheveux

    La chevelure peut se modifier avec une maternité. Pendant la grossesse, les cheveux sont au meilleur de leur forme, après l'accouchement, ils tombent trop. Normalement, la chute des cheveux est réversible et tout rentre dans l’ordre après quelques mois. Normalement, mais pas toujours…
Partenaires scientifiques
Bibliographie

1° LES DIFFÉRENTES ALOPÉCIES

Société Française de Dermatologie

American academy of dermatology

Association Canadienne de Dermatologie

Université de Médecine de Lyon1

CNRS

Collège National des Enseignants de Dermatologie

Le Figaro Santé

2° ALOPÉCIE ANDROGÉNIQUE

Pubmed – 2014

Pubmed – 2013

Pubmed – 2013

The Journal of Investigative Dermatology,
published on nature.com – 2013

Journal of Korean Medical Science – 2013

BMJ open (British Medical Journal) – 2013

Skin Pharmacology & Physiology – 2013

Pubmed – 2000

3° PELADE

Pubmed – 2014

Pubmed – 2014

International Journal of Trichology – 2013

International Journal of Trichology – 2013

International Journal of Trichology- 2012

4° CHIMIOTHÉRAPIE & CHEVEUX

Pubmed – 2014

Pubmed – 2013

5° TRAITEMENTS ANTI CHUTE CHEVEUX

Le Vidal

Pubmed – 2014

Pubmed – 2014

ANSM – 2013

British Association of Dermatologists – 2013

Centre Sabouraud – 2013

ANSM – 2012

Pubmed – 2011

6° VITAMINE D

British Association of Dermatologists – 2014

Pubmed – EM-consulte – 2011

Recherche et développement

FOLLICULE PILEUX

Pubmed – 2014

Journal of Dermatological Science – 2014

Pubmed 2014

Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism – 2014

Department of Dermatology – Taiwan – 2013

Chinese Journal of Dermatology – 2012

Development – dev.biologists.org – 2012

The Journal of Investigative Dermatology,
published on nature.com – 2012

Pubmed – 2012

The Journal of Investigative Dermatologie – 2012

Genes and development – 2012

Institut de Recherche en Santé du Canada – 2012

Pubmed – 2011

Pubmed 2010

Pubmed – 2010

Adresses références
Glossaire termes médicaux

Alopécie

Désigne la perte progressive du volume de la chevelure, par affinement et chute des cheveux. A ne pas confondre avec calvitie qui signifie perte totale de cheveux, sur une zone plus ou moins étendue du cuir chevelu.

Alopécie androgénique

Définit une perte de cheveux génétiquement programmée, et provoquée par l’action négative des hormones androgènes sur le renouvellement normal des cheveux. Le regroupement des deux termes, gène + androgènes, explique le nom d’alopécie/chute androgénétique. Cette perte est progressive et touche des zones bien précises du cuir chevelu. c’est ce qui la différencie des chutes dites effluvium télogène.

« La testostérone (androgène) est en cause dans l’alopécie androgénétique mais indirectement. Cette hormone doit être transformée en dihydrotestostérone (DHT) par une enzyme, la 5 alpha réductase, pour devenir active et provoquer la chute des cheveux. La DHT va emballer le processus de fabrication des cheveux qui vont se renouveler de plus en plus vite. Au bout de 25 cycles, le follicule s’épuise et les cheveux deviennent de plus en plus fins, jusqu’à devenir un fin duvet clair sans aucun pouvoir couvrant. Puis, le follicule meurt et disparaît. C’est contre cette transformation hormonale que sont dirigés certains médicaments en empêchant la transformation de la testostérone en DHT ». Source : Société Française de Dermatologie

Anagène

Phase de croissance continue du cheveu. Sa durée varie entre 3 et 6 ans, suivant le sexe et le capital génétique des individus.

Androgène

Terme générique pour désigner l’ensemble des hormones sexuelles mâles, la principale d’entre elles étant la testostérone. Ces hormones régissent la croissance des cheveux et la production de sébum, chez l’homme comme chez la femme. En cas d’alopécie androgénétique, ce n’est pas le volume de sécrétion des androgènes qui est en cause, mais la manière plus ou moins sensible dont ceux-ci sont captés par les follicules pileux, puis transformés en DHT.

Les hommes produisent des androgènes par les testicules et les glandes surrénales, les femmes par les ovaires et les glandes surrénales. Bien sûr, les femmes sécrètent infiniment plus d’hormones femelles (œstrogènes et progestérone) que d’androgènes. Leurs hormones féminines entrent en compétition avec les androgènes pour en limiter l’action au niveau des follicules pileux. C’est pourquoi, même dans les cas les plus sévères, les femmes ne deviennent jamais totalement chauves.

β-caténine

Protéine intervenant en fin de phase télogène. Elle envoie un signal, aux cellules souches du bulge et une nouvelle phase anagène est alors enclenchée.

Biomimétisme

Démarche qui consiste à reproduire le temps que prend la nature pour développer un organisme animal ou végétal. La durée des traitements Clauderer est de 4 mois : c’est le temps requis pour qu’un follicule pileux produise et développe de nouvelles repousses.

Bulge

Signifie « renflement » en anglais. Ce renflement est situé sous la glande sébacée et abrite les cellules souches du cheveu. À ne pas confondre avec le bulbe.

Bulbe

Synonyme de racine du cheveu. À ne pas confondre avec le bulge .

Calvitie

Désigne la perte totale de cheveux sur une zone plus ou moins étendue du cuir chevelu. À ne pas confondre avec l’alopécie.

Catagène

Phase de dégradation du cheveu : le follicule pileux se détache des vaisseaux sanguins de la papille et remonte vers l’épiderme. La racine du cheveu cesse d’être alimentée par le sang. Durée 15 à 20 jours.

Cellules progénitrices du cheveu

Ces cellules, situées à la base de la racine capillaire, sont plus volumineuses, plus matures que les cellules souches du cheveu. Contrairement à ces dernières, elles sont orientées vers la seule production de kératine et leur nombre de divisions est limité dans le temps (le temps du cycle de renouvellement d’un cheveu). Durant toute la phase anagène, elles vont alimenter la tige pilaire en formation, ainsi que les deux gaines épithéliales du follicule pileux.

Cellules souches du cheveux

Situées dans le bulge, elles sont pluripotentes et divisibles à loisir. Selon les ordres qu’elles reçoivent, elles sont aussi bien à l’origine des kéranocytes du cheveu qu’à celle des sébocytes du sébum. En 2011, des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie font une découverte essentielle : les cellules ne disparaissent pas des follicules pileux lorsque ceux-ci sont devenus improductifs sous l’effet des androgènes. Elles sont simplement quiescentes.

Céramides

Substances lipidiques présentes sur la cuticule du cheveu et principalement constituées d’acides gras essentiels.

5-alpha-réductase

Enzyme qui métabolise la testostérone en un nouvel androgène, la DHT (dihydrotestosterone). La DHT est responsable de la perte prématurée des cheveux qui signale une alopécie androgénétique.

Cortex

Partie interne du cheveu, située derrière la cuticule. Elle est composée de longues chaînes de protéines encastrées les unes dans les autres, torsadées comme des ressorts et scellées ensemble par les ponts disulfures.

Cuticule

Partie externe du cheveu. Elle est constituée d’écailles faites de minces plaques de kératine étroitement juxtaposées et reliées les unes aux autres par les céramides.

Cycle de vie d’un cheveu

Les cheveux se renouvellent sans cesse, leur cycle de vie est en moyenne de 3 ans pour l’homme et entre 4 et 6 ans pour la femme. Au cours de cette période, chaque cheveu croît sans relâche. Lorsqu’il meurt, le follicule pileux produit une nouvelle pousse pour le remplacer. La production des follicules pileux n’est pas synchrone. Chaque follicule travaille en solo, ce qui évite la mue, comme chez certains animaux qui perdent tous leurs poils en même temps.

DHT (Dihydrotestosterone)

Hormone locale, dérivée de la testostérone et dont la sécrétion est déclenchée par l’enzyme 5-alpha-réductase. Dans les follicules pileux androgénétiques, la DHT accélère la production de kératine. Cette accélération forcée est à l’origine de cycles de renouvellement capillaire de plus en plus courts et de cheveux de plus en plus fins.

ECOCERT

ECOCERT1Organisme reconnu par les pouvoirs publics, ECOCERT fournit ce label pour les producteurs respectant un cahier des charges précis en matière d’agriculture biologique et de développement durable. Issu d’un mouvement associatif européen, cet organisme a été créé en 1991. Réputé exigent et impartial, accrédité par la Cofrac (Comité français d’accréditation), il effectue les contrôles de 70 % des producteurs bio en France et 30 % dans le monde (présent dans 80 pays).

Effluvium télogène

Signifie littéralement : « évacuation rapide des cheveux déjà morts ». En clair, cela correspond à une chute de cheveux plus ou moins abondante et diffuse, sous l’effet d’un facteur nocif.

Ferritine

Protéine qui permet de stocker la réserve du fer de l’organisme. Son taux doit être égal ou supérieur à 40 ngr/l de sang. S’il est inférieur, il peut avoir une incidence très négative sur le cycle de vie des cheveux. Les femmes qui souffrent d’une alopécie androgénétique devraient vérifier ce taux régulièrement, des études ayant prouvé qu’elles avaient plus de chance que les autres de développer une anémie ferrique.

Fibroblastes

Cellules épithéliales de la papille dermique qui rattachent le follicule au reste du corps pendant toute la phase de croissance (anagène) du cheveu. Véritables tours de contrôle de cette croissance, leurs protéines émettent un foisonnement de signaux qui représentent autant d’ordres pour faire démarrer, entretenir ou terminer la pousse du cheveu.

Follicule pileux

Enveloppe épithéliale, dans laquelle se loge la racine du cheveu, à 4mm sous le cuir chevelu.

Gaine épithéliale externe (GEE)

Partie extérieure du follicule pileux qui sert de tuteur à la tige pilaire en formation. La GEE doit être dense et bien charpentée pour permettre à la tige de s’ancrer solidement au derme.

Gaine épithéliale interne (GEI)

Gaine située entre la GEE et la tige pilaire. Sa surface extérieure est formée de cellules plates, en forme de tuiles et tournées vers le bas. Celles-ci s’imbriquent tête-bêche dans les tuiles de la cuticule de la tige pilaire, tournées dans le sens opposé. Plus la GEI est ferme et structurée, plus la tige pilaire remonte facilement vers le haut, comme un train à crémaillère.

Glande sébacée

Annexée au follicule pileux, c’est une glande exocrine (qui déverse ses sécrétions à l’extérieur de l’organisme). Elle sécrète le sébum indispensable au cheveu, pour le protéger et le lubrifier. Sous dépendance hormonale, la glande sébacée peut néanmoins se dérégler et produire trop ou trop peu de sébum, rendant le cheveu trop gras ou trop sec.

Hormones thyroïdiennes T4 et T3

Leur sécrétion insuffisante (hypothyroïdie) peut provoquer une perte de densité chronique et diffuse des cheveux. Mécanisme : le pourcentage des cheveux télogènes augmente, la phase télogène elle-même allonge, ce qui entraîne un retard dans le départ d’une nouvelle phase anagène.

Leur sécrétion trop importante (hyperthyroïdie) peut aussi provoquer une perte de cheveux chronique et diffuse. Mécanisme : augmentation de la cadence de production du follicule pileux et accélération des cycles de renouvellement des cheveux, lesquels poussent et tombent plus rapidement que la normale.

IGF1 (Insuline growth factor)

Protéine de croissance du cheveu, pendant la phase anagène (avec la protéine KGF)

Index glycémique (IG)

L’IG classe les aliments selon leur teneur en glucose et leur rapidité à le libérer dans le sang. L’échelle va de 0 à 100 et les aliments sont répartis en trois catégories : IG élevé > 70, IG moyen de 55 à 70, IG faible < 55.

Insuline

Hormone sécrétée par le pancréas, indispensable à l’assimilation des glucides. En cas d’abus de sucres transformés industriellement, l’insuline libère des hormones androgènes, qui elles-mêmes augmentent les sécrétions de sébum et les impuretés sébacées, autour de la racine du cheveu.

Kératine

Principal composant du cheveu (à 97 %), la kératine est une substance très résistante, dont sont également faits les ongles, les cornes et même les sabots des animaux. 

La kératine est une protéine fibreuse, composée de longues chaînes d’acides aminés. Reliées les unes aux autres par des liaisons soufrées, ces chaînes ont besoin d’un apport en zinc et en vitamine B6, pour être synthétisées.

Kératinisation ou kératogénèse

Transformation des cellules progénitrices du cheveu en kératine, par la matrice du follicule pileux.

Kératinocytes

Cellules constitutives de la kératine des cheveux. Issues du métabolisme des cellules progénitrices, les kéranocytes se divisent sans relâche de cellules-mères en cellules-filles, dans la matrice. Inlassablement, de nouvelles cellules-filles naissent et chassent les précédentes, lesquelles meurent, puis durcissent et migrent en file vers le haut. Cet empilement de cellules mortes constitue la kératine et forme en surface la tige pilaire.

KGF (Keratinocyte growth factor)

Protéine de croissance du cheveu, pendant la phase anagène (avec la protéine IGF1).

Matrice du cheveu

Située à la base de la racine, c’est le point de départ de la chaîne de production capillaire : ici siègent les cellules progénitrices du cheveu, qui vont donner naissance à la kératine.

Papille dermique

Composée d’un ensemble de cellules venant du derme, la papille dermique se loge au fond du follicule pileux et le relie au reste de l’organisme. C’est par elle que passent les nombreux vaisseaux sanguins qui vont irriguer tous les sites du follicule et lui communiquer les ordres de façonnage (consignes génétiques et hormonales, durée de vie, éléments nutritionnels…).

Pelade

La pelade se distingue des autres chutes de cheveux par son caractère subit et imprévisible. La pelade par plaques, la plus courante, se définit par la perte des cheveux sur des zones isolées du cuir chevelu et par la formation d’espaces de calvitie totale. Beaucoup plus rarement, le processus peut s’étendre sur tout le cuir chevelu, c’est la pelade dite « décalvante ». Plus rarement encore, la pelade « universelle » se généralise à l’ensemble du système pileux et tous les poils du corps tombent.

Pityriasis

Champignon microscopique, responsable des états pelliculaires du cuir chevelu.

Phanères

Substances issues de l’épiderme, riches en kératine et destinées à protéger la peau. Sont à classer dans cette catégorie : cheveux, poils et ongles humains, mais aussi cornes, griffes, becs et écailles des animaux.

Ponts-disulfures

Protéines soufrées qui assurent la cohésion des protofibres de kératine entre elles. Pour rendre le cheveu malléable (le friser ou le défriser de façon permanente), il est obligatoire de rompre ces liaisons temporairement, afin de donner au cheveu la forme désirée.

Récepteur

Protéine, située sur la membrane qui entoure chaque cellule de l’organisme et dont le rôle est de recevoir un message. Le système est comparable à celui d’une clef dans une serrure. Le récepteur c’est la serrure. Tant que la bonne clef n’est pas introduite dans cette serrure, le récepteur ne déclenche aucune action. Dès que la bonne clef se fixe dessus, le récepteur va aussitôt déclencher l’action pour laquelle il est destiné.

Séborrhée

Sécrétion anormale de sébum par la glande sébacée. La séborrhée n’est ni un facteur déclencheur ni un facteur contribuant de l’alopécie androgénétique mais elle représente souvent un symptôme simultané.

Sébum

« Produit de sécrétion gras, blanchâtre et épais, élaboré par les glandes sébacées, riche en acides gras et jouant un rôle important dans la protection de la peau (action fungistatique et bactéricide) ». Source : Société Française de Dermatologie

Télogène

Phase de repos du cheveu, arrivé au terme de sa vie. Durant cette phase, le cheveu reste cependant sur le cuir chevelu, le temps que la racine de son remplaçant soit suffisamment forte pour le déloger. Durée : 2 à 3 mois.

TERC (Telomerase RNA componant)

Protéine qui prévient la dégénérescence des cellules dermiques, en retardant le vieillissement physiologique de l’extrémité des chromosomes. Par cette action, elle entretient la vitalité du follicule et favorise le métabolisme des cellules souches en cellules kératinocytes de la matrice. Elle participe ainsi activement à la kératinisation des cellules.

TGF-β (Transforming growth factor)

Protéine qualifiée « d’assassine ». En cas d’alopécie androgénétique, la DHT stimule en effet cette protéine, interrompant trop tôt la métabolisation des cellules souches en cellules progénitrices et forçant le follicule pileux à passer avant l’heure en phase catagène, ce qui a pour conséquence de raccourcir la durée de vie du cheveu.

Trichotillomanie

Manie d’ordre psychique qui consiste à s’arracher régulièrement les cheveux. Chez l’enfant, la trichotillomanie correspond souvent à un simple tic, comme sucer son pousse ou se ronger les ongles. Des cas plus graves, mais aussi beaucoup plus rares, se rencontrent chez des femmes adultes. Ils témoignent alors toujours d’une perturbation profonde du psychisme.

VEGF (Vascular endothelial growth factor)

Protéine activant le nombre et la croissance des vaisseaux sanguins dans la papille, pendant toute la phase anagène. C’est le processus dit « d’angiogénèse » ou de revascularition.

Zones du cuir chevelu

Dans l’alopécie androgénétique, la première zone atteinte est le plus souvent la région pariétale, chez la femme, tandis que chez l’homme la calvitie débute par la région temporale et se poursuit sur le vertex. La nuque est toujours épargnée.

Zones-du-cuir-chevelu