Le lissage japonais

COMMENT ÇA MARCHE ?

Action chimique + thermo-mécanique

On le dit révolutionnaire… Pourtant le lissage japonais utilise les mêmes actifs de base que ceux d’un défrisage thiolé c’est à dire un mélange (thiol + ammoniaque) dont la propriété est de pouvoir réduire les molécules de soufre. Ce mélange brise 30% des liaisons fortes de la kératine qui sont reconstruites ensuite avec un fixateur oxydant.

Rien de très nouveau, donc, du point de vue chimique. La seule différence entre lissage japonais et défrisage thiolé vient, pour le premier, du mode opératoire et de l’intervention des plaques chauffantes.

Peu de salons de coiffure proposent cette opération qui s’avère longue, délicate à exécuter, réservée à une clientèle trop restreinte (voir types de cheveux, ci-dessous) et finalement peu rentable, en dépit des tarifs pratiqués.

Manipulation de la kératine pour lisser ses cheveux


C’est à partir de la structure la plus intime de la kératine, celle des protofibrilles, que l’on peut changer la couleur ou la forme naturelle d’un cheveu pour le teindre, le friser ou au contraire le raidir et le rendre tout lisse. Pour un lissage japonais ou des défrisages ce sont les ponts disulfures qu’il faut briser. L’opération est loin d’être anodine car il faut détruire la charpente initiale de la kératine et lui en imposer une autre, plus légère et de raideur permanente. Le cheveu y perdra de sa solidité et sera plus vulnérable à la cassure.

Keratine-ponts-hydrogene-rompus


INGRÉDIENTS PRINCIPAUX

Pour le produit réducteur

  • Acide thioglycolique
  • Ammoniaque
  • Plusieurs silicones différents

Pour le produit fixateur

  • Eau oxygénée
  • Plusieurs silicones différents

TYPES DE CHEVEUX

Il n’est applicable que sur cheveux naturels en parfaite santé, de type asiatique ou caucasien.

Il est interdit aux cheveux abîmés ou déjà traités (colorés, méchés, défrisés, permanentés…).

APPLICATION

Le mode d’application peut légèrement varier d’un produit à l’autre.

  1. Shampooing dit “clarifiant” (en fait décapant), pour éliminer toute impureté :
 silicones, poussières, sébum, gel, spray…)
  2. Brushing lissant, au séchoir + brosse, ou à la plaque
.
  3. Application du produit thiolé au pinceau, mèche par mèche de 1 cm, 
sans toucher le cuir chevelu.
    Chaque mèche est entourée d’un papier pour que le produit ne s’évapore pas
.
  4. Application des plaques chauffantes, à 240° maximum
.
  5. Temps de pause contrôlé au minuteur – entre 15 et 25 mn maximum, suivant 
l’épaisseur du cheveu
  6. Rinçage, avec application sur cheveux mouillés d’une crème protectrice au
 collagène.
  7. Brushing pour détendre le cheveu + application des plaques chauffantes, 
à 240°maximum
.
  8. Application du fixateur oxydant, sur cheveux secs
.
  9. Temps de pause contrôlé au minuteur.
  10. Rinçage complet et séchage naturel au séchoir, sans brushing

.

Ensuite, comme pour le lissage brésilien la chevelure ne doit être ni mouillée ni attachée, ni même coiffée derrière les oreilles, pendant quelques jours, le temps que le cheveu s’installe définitivement dans sa nouvelle forme.

Durée de l’application : 4 à 8 heures, suivant la densité et la longueur de la chevelure.

RÉSULTATS

L’effet baguette est garanti. Il est souhaitable que cet effet soit seyant et plaise à la cliente, car aucune manipulation postérieure n’est envisageable : impossible de ré-onduler, teindre ou mécher les cheveux, après un lissage japonais. Seule possibilité : enchaîner avec un lissage brésilien si on veut les faire briller plus.

DURÉE DE VIE

Le lissage japonais est définitif. Néanmoins, il est indispensable de refaire les repousses, tous les 6, 8 mois, pour éviter l’aspect “matelas moutonnant” sur baguettes de tambour.

OPINION CLAUDERER

Il est souvent appelé “la chirurgie du cheveu”. Le nom n’est pas usurpé, c’est véritablement une opération chirurgicale qu’endure la kératine, puisque pour la raidir, il faut d’abord la détruire. Cependant, le thiol étant un produit moins agressif que ne le sont la soude ou la guanadine des défrisages alcalins, le cheveu aura tendance à moins casser. Il en ressortira quand même assoiffé d’hydratation et les traitements “post-opératoires” s’imposeront en longue durée, pour tenter de le nourrir en permanence. 

Jean-François Cabos

Jean-François Cabos est le créateur d’une méthode unique de soin du cheveu élaborée à l’issue des recherches qu’il a coordonnées et qui ont donné lieu à la publication du livre “Cheveux, Racines de Vie” avec Hélène Clauderer aux éditions Robert Laffont (Collection “Réponses/ Santé”).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *