ContactAdresse : 346, rue Saint-Honoré. 75001 Paris 01 42 61 28 01

Stress et chute des cheveux

STRESS-CHEVEUX

Véritables boites noires de notre psychisme,
nos cheveux peuvent se clairsemer sous l’effet du stress

 

EN BREF

Chez l’homme comme chez la femme, le stress est un facteur aggravant fréquent des chutes de cheveux dues aux androgènes. Sur les cuirs chevelus réceptifs à ces hormones, le stress déclenche une cascade de réactions hormonales, qui conduit à la stimulation de la 5 alpha-réductase (l’enzyme coupable de la perte de cheveux prématurée).

SOMMAIRE

1• Stress et prédisposition androgénétique
2• La mémoire du cheveu
3• Les trois sortes de stress et leur incidence sur le cheveu
4• Comment soigner ?

 

 

STRESS ET  PRÉDISPOSITION  ANDROGÉNÉTIQUE

Manière pour le psychisme d’évacuer sur l’organisme une agression extérieure qu’il ne peut gérer seul, le stress s’exprime par un enchaînement de réactions, via des messages hormonaux. L’alerte stress est d’abord transmise par le cerveau à la glande hypophyse, laquelle envoie le message, à son tour, aux glandes surrénales. Ces dernières libèrent alors une décharge d’hormones : adrénaline, cortisol et androgènes surrénaliens.

Pour les hommes et les femmes qui ne n’ont pas de prédisposition génétique à perdre leurs cheveux, cette stimulation des androgènes n’a pas d’effet sur leur chevelure. Mais pour ceux dont le cuir chevelu est sensible aux androgènes, le stress peut amplifier le processus de perte, de façon notable. De plus, chaque poussée de stress entraîne une contraction des vaisseaux sanguins au niveau des racines, laquelle contribue à l’affinement du cheveu. Le développement d’une chute des cheveux, aggravée par le stress, dépend donc pour beaucoup des périodes de tension nerveuse que la personne concernée traverse au cours de sa vie.

AUTRES OBSERVATIONS

1° Chez les personnes prédisposées, le stress peut également favoriser la séborrhée, les états pelliculaires et les démangeaisons du cuir chevelu.

2° En cas de pelade, le stress est un facteur important dans le développement de la maladie.

 

 

LA MÉMOIRE DU CHEVEU

Cette interaction étroite entre les hormones androgènes et le psychisme, nous la vérifions tous les jours au Centre Clauderer. Véritables boites noires de notre organisme, les cheveux gardent la mémoire des stress successifs et nous pouvons repérer au microscope l’incidence de la vie affective, sur la kératine et la racine d’un cheveu.

Et pour peu que les cheveux aient une certaine longueur, nous sommes en mesure de retracer avec les intéressés les moments difficiles qu’ils ont pu traverser. Certains nous prêtent alors des dons de voyance, alors que notre seul mérite est de savoir “lire” ce que mémorise un cheveu.

 

                   keratine                                                    Ke-Stress1                                        keratine
                 KÉRATINE LISSE NORMALE                                 IRRÉGULIÈRE : STRESS PONCTUEL                        BOSSELÉE : STRESS CONSTANT

LES TROIS SORTES DE STRESS ET LEUR INCIDENCE SUR LE CHEVEU

STRESS QUOTIDIEN

Il y a d’abord le stress déclenché par les problèmes de la vie quotidienne : soucis professionnels ou familiaux, surmenage, difficulté à gérer le rythme de la société moderne, solitude, chômage, etc. Qu’il soit ponctuel ou chronique, ce type de stress renforce toujours l’influence nocive des androgènes sur les cuirs chevelus réceptifs à leur action.

STRESS MAJEUR

Un choc psychologique majeur tel que le décès d’un proche, un divorce, une opération chirurgicale, un accident… peuvent provoquer une chute des cheveux massive (effluvium télogène), deux à quatre mois après l’événement. Sur une chevelure saine, cette chute est totalement réversible et les repousses sont aussi nombreuses et vigoureuses que les cheveux tombés. Sur une chevelure sensible aux androgènes, en revanche, les repousses se font souvent plus rares et plus fines et doivent impérativement être stimulées par un traitement spécial.

LE STRESS DE LA PERTE DES CHEVEUX

C’est le stress causé par la chute elle-même, il ne faut jamais le minimiser. En renvoyant à la femme concernée une image d’elle-même qu’elle se représente comme altérée, la perte des cheveux peut engendrer, en soi, des problèmes psychologiques importants. Peu de femmes acceptent en effet cette modification progressive de leur apparence morphologique. Dans notre culture, la chevelure féminine est considérée comme un atout majeur de la séduction et sa dégradation est souvent mal vécue, conduisant à une baisse de l’estime de soi, parfois même à de véritables états dépressifs.

Quant aux hommes, si certains s’accommodent de cette modification de leur apparence morphologique, d’autres (parmi les plus jeunes notamment) vivent leur calvitie comme un stigmate de vieillesse prématurée, une perte de leurs repères identitaires.

Pour les femmes comme pour les hommes, le stress généré agit alors comme accélérateur du mécanisme, rendant encore plus réceptif aux androgènes un cuir chevelu fragile par nature. Un cercle vicieux s’établit rapidement : le stress augmente la chute, laquelle augmente à son tour le stress, qui augmente la chute… etc.

 

 

COMMENT SOIGNER ?

Il n’existe pas de traitement passe-partout, chaque cas de chute des cheveux renforcée par le stress est complexe et doit faire l’objet d’un traitement et d’un suivi particulier. C’est pourquoi nous insistons tellement sur lien le diagnostic préliminaire des cheveux avec analyse de leurs racines. Celui-ci tient compte du passé de notre consultant et de l’incidence du stress sur la détérioration de sa chevelure. Le traitement Clauderer est ensuite prescrit selon un triple objectif : stimulation des fonctions vitales du cheveu (traitement local), gestion du stress et suivi des résultats.

La gestion du stress comprend des recommandations précises sur : l’hygiène de vie au quotidien de notre consultant, son alimentation, un traitement oral de compléments vitaminiques naturels, des massages anti-stress du cuir chevelu, exclusifs et très efficaces  lienHLa gym des cheveux.

Le Suivi Clauderer nous permet, par un système de contrôles réguliers, de prendre en charge le problème de notre client et de vérifier avec lui, étape par étape, les progrès obtenus. S’installe alors une relation de confiance véritable : c’est le meilleur remède pour faire disparaître le « stress de la chute ».

 

Diagnostic Clauderer Approfondi

je profite de l'offre
 

RechercherBlogMenuAccueil