Comment bien faire votre shampooing ?

shampooing

Un geste familier que l’on croit maîtriser

 

Comme pour le brossage de vos dents, la manière de faire votre shampooing n’est pas anodine et détermine en partie l’écosystème de vos cheveux. À ne pas bâcler donc. Voici 10 questions-réponses pour chasser vos idées reçues et réussir votre shampooing.

 

Réponse :  FAUX. Le second shampooing est superflu, surtout si l’on se lave les cheveux plus d’une fois par semaine. Cette seconde application, souvent recommandée sur le mode d’emploi et très en vogue chez les coiffeurs, ne fait que sensibiliser inutilement le cuir chevelu et rendre les cheveux plus électriques.

Voici la meilleure façon de procéder : mouillez vos cheveux, puis malaxez légèrement l’ensemble du cuir chevelu, sans appliquer de produit. Rincez-vous la tête, une première fois. Répartissez ensuite une petite quantité de shampooing sur votre cuir chevelu et malaxez vos cheveux en rajoutant, peu à peu, de l’eau. Si vos cheveux sont longs, il est inutile d’appliquer du produit sur les longueurs ou les pointes.

En revanche, un rinçage prolongé est nécessaire, même si vous vous lavez les cheveux tous les jours, même si vous êtes pressé. Or justement, ceux qui se lavent fréquemment les cheveux ont tendance (la routine aidant) à bâcler leur rinçage. Pourtant, sans rinçage à fond, les cheveux sont vulnérables à la pollution de l’air et ternissent très vite.

Réponse : FAUX. C’est une duperie. Les shampooings lavent. Qu’ils le fassent en douceur, en l’occurrence, c’est tout ce qu’on leur demande. Soigner une chute de cheveux requiert des actifs spéciaux, avec une action sous-cutanée incompatible avec les produits lavants. Cela dit, même des laboratoires sérieux utilisent cette appellation. Mais, dans leur cas, c’est toujours pour compléter leur gamme de produits anti chute et ainsi s’assurer qu’un shampooing « x » ou « y » ne va pas venir atténuer les effets des dits produits. Cf. Shampooing anti chute cheveux.
Réponse :  VRAI. La plupart sont efficaces, à condition de les choisir en fonction de la nature de vos pellicules. Mais ils sont à consommer avec modération. L’abus de ces shampooings risque d’avoir l’effet contraire à celui recherché : ils peuvent irriter la peau et dévitaliser les cheveux.

D’autre part, les shampooings anti-pelliculaires ne soignant que le symptôme, il est recommandé de rechercher l’origine du trouble, afin de l’enrayer de façon plus durable. En cas de doute sur cette origine, mieux vaut faire un diagnostic capillaire pour identifier le mal et le soigner ensuite en profondeur.

Réponse : FAUX. Contrairement aux idées reçues, le massage du cuir chevelu, une fois le shampooing appliqué, n’est pas du tout conseillé : il risque de fragiliser l’épiderme ou d’entraîner un excès de sébum, en excitant la glande sébacée. Mieux vaut alors malaxer en douceur ses cheveux avec le shampooing et ne pas se frotter vigoureusement la tête.

Par contre, se masser le cuir chevelu, avant le shampooing, est excellent pour stimuler son irrigation et rendre les cheveux plus toniques.
Cf.  La Gym des Cheveux

Réponse :  VRAI. En règle générale, plus les shampooings sont doux, moins ils moussent et moins ils risquent de rendre les cheveux fourchus et cassants. Ce qui ne signifie pas qu’ils ne lavent pas : la mousse est un gage d’agressivité plutôt que de propreté.

Réponse : FAUX. Les bons shampooings sont aujourd’hui suffisamment sophistiqués pour permettre des lavages fréquents, quotidiens même, si l’on en éprouve le besoin. Les cheveux n’en graisseront ni ne tomberont plus pour autant. La séborrhée ou une perte de cheveux n’ont jamais pour origine un shampooing ! Néanmoins, n’utilisez que des shampooings ultra-doux (avec pH neutre à 7, c’est à dire ni acide, ni alcalin), sans silicones, et ne lésinez pas sur le prix : ce n’est pas le nombre de lavages par semaine qui compte, mais la qualité et la douceur du produit.

Cf. Composants des produits Clauderer

Malgré ces précautions, si les cheveux tombent trop lors du shampooing, il ne faut pas incriminer ce dernier et rechercher la véritable origine du trouble. Cf. Diagnostic Clauderer des cheveux avec analyse de leurs racines et de leur kératine.

Réponse : VRAI. pour les adeptes du « fait maison », la lécithine, corps gras dont le jaune d’œuf est composé, capte et retient les poussières et les impuretés laissées par les produits cosmétiques ou les agents polluants. C’est une bonne alternative aux shampooings vendus dans le commerce.

Réponse : FAUX. L’indication « pour bébés » ne signifie pas « ultra-doux » mais peu irritant et qui ne pique pas les yeux. Ces shampooings contiennent souvent des surgraissants, utiles aux cheveux des enfants, mais qui rendent plus mous ceux des adultes.

Réponse : VRAI. L’eau froide referme les écailles que le cheveu présente sur sa surface extérieure, lorsqu’il est soumis à l’eau chaude du shampooing. Ce dernier rinçage lisse la kératine, ce qui permet à la chevelure de mieux refléter la lumière et lui confère un effet de brillance.

Et si votre cuir chevelu a tendance à graisser, l‘eau froide évite la dilatation des glandes sébacées et modère la production du sébum.

Réponse : VRAI. Le vinaigre aide à lisser la kératine des cheveux. Le jus de citron a le même effet, l’odeur en moins. Mais le vinaigre aide également à dissoudre le calcaire de l’eau, c’est un produit « deux en un »

 

 
main3

Les contenus, figurant sur les pages de ce site, sont la propriété exclusive du Centre Clauderer. La reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, des pages, des données et de tout autre élément constitutif du site, par quelque procédé ou support que ce soit, est interdite et constitue, sans autorisation expresse et préalable du webmaster info@clauderer.com, une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

image-placeholder.svg

Diagnostic Clauderer approfondi

Faites établir un check-up complet de vos cheveux

Je veux un diagnostic