Trichotillomanie : causes et traitements

La trichotillomanie est un trouble caractérisé par une envie irrésistible et récurrente d’arracher ses propres cheveux ou poils, conduisant souvent à une perte capillaire notable et à une détresse significative. Liée à l’anxiété et au stress, elle oscille entre un geste sporadique et une lutte constante contre des envies compulsives. Explorons ensemble les origines multifactorielles de la trichotillomanie, ainsi que l’efficacité des diverses méthodes de traitement.

Qu’est-ce que la trichotillomanie ?

La trichotillomanie également connue sous le nom de trouble de l’arrachage des cheveux, est un trouble psychiatrique caractérisé par une impulsion récurrente et difficile à contrôler d’arracher ses propres cheveux, poils ou cils. 

Ce comportement compulsif peut entraîner une perte de cheveux ou de poils visibles, souvent accompagnée de zones chauves, de cicatrices et d’une altération de l’apparence physique.

Un trouble du contrôle des impulsions

La trichotillomanie est classée comme un trouble du contrôle des impulsions dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5-TR, révisé par Association Américaine de Psychiatrie (APA)). Elle peut avoir des conséquences significatives sur la qualité de vie des individus qui en souffrent, affectant leur estime de soi, leur image corporelle et leurs interactions sociales.

On estime que la trichotillomanie touche environ 1 à 2 % de la population française. Cependant, il est important de noter que de nombreux cas restent non diagnostiqués en raison de la stigmatisation associée au trouble et du fait que les personnes atteintes peuvent dissimuler leur comportement. Environ 90 % des adultes atteints sont des femmes.

Bon à savoir : la trichotillomanie peut survenir à tout âge, mais elle débute souvent à l’adolescence.

Trichotillomanie : causes et traitements 1

La trichotillomanie peut survenir dès l’adolescence

Quels sont les symptômes de la trichotillomanie ?

La trichotillomanie est caractérisée par un ensemble de symptômes et de comportements spécifiques :

  • L’arrachage récurrent des cheveux ou des poils : le principal symptôme de ce trouble est l’arrachage répétitif et compulsif des cheveux, des poils ou des cils. Les personnes atteintes de ce trouble ont du mal à résister à l’envie irrésistible de tirer sur leurs cheveux ou leurs poils.
  • Une tension croissante : avant de s’engager dans l’arrachage, les individus éprouvent souvent une tension croissante ou une anxiété. Cette tension est soulagée temporairement par l’acte d’arrachage.
  • Un soulagement temporaire : l’arrachage des cheveux ou des poils procure un soulagement temporaire de la tension ou de l’inconfort émotionnel ressenti par la personne. Cependant, ce soulagement est souvent suivi de culpabilité, de honte ou de remords.
  • Une perte de contrôle : les personnes atteintes de trichotillomanie ont du mal à contrôler leurs impulsions d’arrachage, même si elles souhaitent arrêter. Elles se sentent souvent impuissantes face à ce comportement compulsif.
  • Une préférence pour certaines zones : les individus atteints ont souvent des zones de prédilection où ils arrachent les cheveux ou les poils. Cela peut inclure le cuir chevelu, les sourcils, les cils, les poils du visage ou d’autres parties du corps.
  • L’altération de l’apparence : en raison de l’arrachage répété, les personnes  peuvent présenter des zones chauves, des cicatrices et une altération de leur apparence physique, ce qui peut avoir un impact sur leur estime de soi.
  • L’impact sur la vie quotidienne : la trichotillomanie peut perturber la vie quotidienne des individus en raison de l’obsession et du temps consacré à l’arrachage, ainsi que des conséquences physiques et émotionnelles qui en découlent.

La trichotillomanie est souvent accompagnée d’autres troubles, tels que l’anxiété, la dépression ou d’autres troubles du contrôle des impulsions.

Comment la trichotillomanie est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic est généralement établi par un professionnel de la santé mentale, tel qu’un psychiatre, un psychologue clinicien ou un médecin généraliste.

Il est basé sur les critères de diagnostics définis dans les manuels de classification des troubles mentaux. 

Selon le DSM-5-TR, pour être atteinte de trichotillomanie, une personne doit présenter des critères spécifiques, notamment l’arrachage récurrent des cheveux ou des poils, des tentatives infructueuses pour arrêter ce comportement, et une détresse significative associée.

Le professionnel de la santé doit s’assurer que les symptômes ne sont pas dus à d’autres conditions médicales, telles que des problèmes dermatologiques ou des troubles médicaux, qui pourraient expliquer la perte de cheveux ou de poils. 

Dans certains cas, il peut être nécessaire de collaborer avec d’autres professionnels de la santé, tels que des dermatologues, pour évaluer les conséquences physiques de l’arrachage de cheveux ou de poils.

Une fois le diagnostic établi, le professionnel de la santé peut élaborer un plan de traitement adapté à la situation de la personne.

Quels sont les facteurs de risque connus pour le développement de la trichotillomanie ?

Le développement de la trichotillomanie est influencé par plusieurs facteurs de risque connus. 

  • La génétique : des études ont montré qu’il existe une composante génétique dans le développement de ce trouble. Les individus ayant des antécédents familiaux de troubles du contrôle des impulsions sont plus susceptibles de développer ce trouble.
  • L’anxiété : certains traits de personnalité, tels que l’anxiété, le perfectionnisme, l’obsession et la tendance à la rumination, sont associés à un risque accru de développer la trichotillomanie. 
  • Les influences environnementales : le stress chronique et les changements majeurs de la vie, la pression sociale ou les conflits familiaux, peuvent contribuer au développement de ce trouble.
  • Les traumatismes : des événements traumatiques ou stressants vécus dans l’enfance ou à l’âge adulte peuvent être des déclencheurs de la trichotillomanie chez certaines personnes. Le trouble peut parfois être une manière de faire face à des expériences difficiles.

Bon à savoir : des anomalies dans le fonctionnement du cerveau, en particulier dans les circuits de récompense et de contrôle des impulsions, peuvent également contribuer à la trichotillomanie. Les variations dans les neurotransmetteurs, tels que la sérotonine, ont également été étudiées dans ce contexte.

Quelles sont les conséquences de la trichotillomanie sur la chevelure ?

Les conséquences sur la chevelure peuvent varier en fonction de l’intensité et de la durée de ce comportement. L’arrachage répété des cheveux peut entraîner des zones clairsemées ou des plaques chauves sur le cuir chevelu. 

Si les cheveux sont constamment tirés avec force, cela peut endommager le follicule pileux et, dans des cas extrêmes, conduire à une perte de cheveux permanente.

L’acte d’arracher les cheveux peut provoquer des infections et des troubles cutanés, y compris des cicatrices ou des changements dans la texture de la peau du cuir chevelu.

Trichotillomanie : est-ce que les cheveux repoussent ?

Les cheveux peuvent repousser si le follicule n’est pas sévèrement endommagé, mais cela peut être un processus lent et les nouveaux cheveux peuvent être plus fins ou de texture différente. 

Dans les cas de trichotillomanie sévère et chronique, il est possible que les follicules soient tellement atteints que la repousse soit impossible.

Comment traiter la trichotillomanie ?

Pour traiter ce trouble, différentes méthodes peuvent être adoptées en fonction des besoins individuels.

La thérapie comportementale et cognitive (TCC)

La thérapie comportementale et cognitive est une forme de psychothérapie qui vise à aider les personnes à comprendre et à changer les schémas de pensée et de comportement négatifs ou destructeurs. Dans le contexte de la trichotillomanie, la TCC est souvent considérée comme l’une des méthodes de traitement les plus efficaces. 

Les patients sont progressivement exposés aux déclencheurs de l’arrachage dans un environnement sûr et contrôlé, tout en apprenant à résister à l’envie d’arracher leurs cheveux. 

Les séances de TCC sont généralement structurées et se déroulent sur une période déterminée. Elles peuvent être menées en individuel ou en groupe.

Les médicaments

Certains médicaments peuvent être prescrits pour aider à gérer les symptômes de la trichotillomanie. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont souvent utilisés pour traiter les symptômes d’anxiété et de dépression associés à ce trouble. 

L’utilisation de médicaments doit être supervisée par un professionnel de la santé qualifié qui peut évaluer les avantages et les risques potentiels pour chaque patient.

Les techniques de relaxation

Des activités comme la méditation, le yoga, ou la pratique de la respiration profonde sont souvent recommandées comme partie intégrante du traitement de la trichotillomanie, car elles aident à réduire le stress et l’anxiété qui peuvent déclencher l’envie d’arracher les cheveux.

L’efficacité de ces techniques peut varier d’une personne à l’autre, et il peut être utile de les essayer avec l’aide d’un professionnel de la santé pour déterminer lesquelles sont les plus bénéfiques.

La trichotillomanie est un trouble complexe qui exige une stratégie thérapeutique diversifiée et individualisée. Les approches combinées, incluant la thérapie comportementale cognitive, les traitements médicamenteux appropriés, et les techniques de relaxation, sont cruciales pour aider les individus à lutter contre les pulsions d’arrachage des cheveux. 

Trichotillomanie : causes et traitements 2

Pour traiter la trichotillomanie, plusieurs méthodes peuvent être associées : relaxation et approche médicamenteuse par exemple

Trichotillomanie : causes et traitements 3

Enfin, un diagnostic capillaire peut fournir des informations précieuses sur l’état des follicules pileux et orienter vers des mesures favorisant la repousse des cheveux chez les personnes atteintes de trichotillomanie. 

  1. https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-mentaux/troubles-obsessionnels-compulsifs-et-apparent%C3%A9s/trichotillomanie-arrachage-des-cheveux
Jean-François Cabos

Jean-François Cabos est le créateur d’une méthode unique de soin du cheveu élaborée à l’issue des recherches qu’il a coordonnées et qui ont donné lieu à la publication du livre “Cheveux, Racines de Vie” avec Hélène Clauderer aux éditions Robert Laffont (Collection “Réponses/ Santé”).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *