Qu’est-ce que l’alopécie de traction ?

L’alopécie, un terme médical qui désigne la perte de cheveux, peut survenir pour diverses raisons, allant de facteurs génétiques à des affections cutanées en passant par des déséquilibres hormonaux. Parmi les différents types d’alopécie, l’alopécie de traction est spécifique et souvent méconnue. Néanmoins, si elle est ignorée ou mal traitée, elle peut conduire à une perte de cheveux permanente. Causes, symptômes, approches préventives et curatives… Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’alopécie de traction.

Alopécie de traction : de quoi s’agit-il ?

L’alopécie de traction est une forme de perte de cheveux causée principalement par une traction ou une tension excessive et continue sur les follicules pileux. Elle est associée à certaines coiffures ou pratiques capillaires qui tirent ou mettent en tension les cheveux pendant de longues périodes.

La chute de cheveux due à l’alopécie de traction se manifeste dans des zones spécifiques du cuir chevelu, contrairement à l’alopécie androgénétique qui peut affecter une vaste étendue du cuir chevelu.

De plus, l’alopécie de traction est de nature non cicatricielle. Cependant, si la tension exercée sur les cheveux est trop forte et dure trop longtemps, les follicules pileux peuvent être endommagés de manière permanente. En conséquence, la ligne des cheveux peut se déplacer en arrière de 8 à 10 centimètres, laissant ainsi le front sans cheveux.

Quelles sont les causes de l’alopécie de traction ?

L’alopécie de traction est causée par une tension ou une traction excessive et prolongée sur les cheveux. Cette tension endommage les follicules pileux, ce qui peut entraîner une perte de cheveux. Une traction trop importante peut être due à différents facteurs.

Les coiffures serrées

Lorsqu’une coiffure est trop serrée, elle exerce une traction continue sur les racines des cheveux. Cette tension constante peut infliger un stress aux follicules pileux, les affaiblissant au fil du temps. Par exemple, les tresses, lorsqu’elles sont réalisées très près du cuir chevelu et avec une tension excessive, peuvent non seulement causer une douleur immédiate mais aussi des dommages à long terme. De même, une queue de cheval et un chignon serré peuvent exercer une pression sur des zones spécifiques du cuir chevelu, notamment à l’arrière de la tête ou sur les tempes, zones souvent sensibles à la traction.

Les extensions capillaires

Les extensions capillaires sont largement utilisées pour augmenter le volume, la longueur ou pour apporter une variation stylistique aux cheveux naturels. Elles peuvent exercer une pression continue sur les racines des cheveux naturels, surtout si elles sont fixées aux cheveux fins ou fragiles. De plus, certaines méthodes d’application, comme le tissage ou le collage, immobilisent les cheveux naturels, les rendant vulnérables à la traction. Enfin, le retrait inapproprié de ces extensions peut arracher les cheveux naturels.

Les traitements chimiques

Les traitements chimiques, tels que les défrisants, les permanentes et les colorations, sont fréquemment utilisés pour modifier la texture, la forme ou la couleur des cheveux. Bien que l’alopécie de traction soit principalement associée à la tension physique exercée sur les cheveux, l’utilisation de traitements chimiques peut augmenter la susceptibilité des cheveux à la traction, aggravant ainsi le risque d’alopécie de traction.

Qui est le plus touché par l’alopécie de traction?

L’alopécie de traction affecte principalement les personnes qui soumettent régulièrement leurs cheveux à des coiffures ou des traitements qui exercent une tension constante sur le cuir chevelu. En raison de la popularité de ce type de coiffures dans de nombreuses cultures africaines et afro-caribéennes, les femmes afro-descendantes peuvent être particulièrement exposées.

Aussi, peu importe le groupe ethnique, les personnes qui utilisent fréquemment des extensions, surtout si elles sont lourdes ou fixées trop fermement, sont à risque.

Bien que cela soit moins courant, certains hommes portant des coiffures qui exercent une tension, comme les dreadlocks, les tresses ou les chignons, peuvent également être affectés.

Alopécie de traction : quel remède ?

La meilleure approche pour lutter contre l’alopécie de traction est préventive. Cependant, une fois que vous avez identifié le problème, d’autres remèdes et traitements peuvent être envisagés.

Éviter la traction

Limitez les coiffures serrées comme les tresses, les chignons, les queues de cheval et les dreadlocks, et optez plutôt pour des coiffures lâches qui n’exercent pas de pression sur votre cuir chevelu.

Si vous aimez porter des extensions ou des tissages, il est crucial de les faire poser par un professionnel qui sait comment minimiser la tension sur le cuir chevelu et de les retirer ou les ajuster régulièrement pour éviter une pression excessive.

Bon à savoir : lors du démêlage, l’utilisation d’un peigne à dents larges et l’utilisation d’un démêlant sur cheveux mouillés peuvent aider à réduire la casse.

Les topiques médicamenteux

Les topiques médicamenteux sont des préparations conçues pour être appliquées directement sur la peau ou le cuir chevelu afin de traiter une variété de conditions.

Dans le contexte de l’alopécie par traction, ces médicaments jouent un rôle essentiel dans la promotion de la régénération capillaire et la réduction de l’inflammation associée à ce type d’alopécie. Parmi les traitements topiques les plus couramment recommandés figure le Minoxidil.
En vente libre, le Minoxidil est réputé pour stimuler la croissance des cheveux et renforcer les follicules existants, offrant une solution non invasive pour de nombreux patients souffrant de perte de cheveux.

D’autres topiques, tels que les corticostéroïdes, sont également utilisés pour traiter l’alopécie de traction. Comme avec tout traitement médicamenteux, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé pour déterminer le traitement le plus approprié.

Les traitements naturels

Les massages du cuir chevelu sont une technique naturelle prisée. En améliorant la circulation sanguine, ils peuvent revitaliser les follicules pileux, offrant un terrain propice à la repousse. Combiner un massage doux avec l’application d’un sérum peut maximiser les bienfaits.

L’importance du diagnostic pour lutter contre l’alopécie de traction

L’alopécie de traction s’installant progressivement, les premiers signes sont facilement négligés ou mal interprétés. Toutefois, l’identification précoce de cette alopécie est cruciale pour prévenir une perte de cheveux irréversible. C’est ici que réside l’importance du diagnostic.

Dans les premiers stades de l’alopécie de traction, la perte de cheveux est souvent temporaire et les cheveux peuvent repousser une fois la tension éliminée. Toutefois, si la condition est laissée sans surveillance pendant une période prolongée, les dommages causés aux follicules pileux peuvent devenir permanents, rendant la repousse des cheveux impossible.

Un diagnostic précis et rapide permet de distinguer l’alopécie de traction d’autres formes d’alopécie. En effet, bien que les symptômes puissent se chevaucher avec d’autres types de perte de cheveux, le traitement et les mesures préventives diffèrent considérablement.

Le Centre Clauderer, fort de son expertise reconnue dans le domaine capillaire, propose des diagnostics personnalisés, à Paris ou à distance. Bénéficiez d’une évaluation complète effectuée par des spécialistes dédiés et obtenez un traitement anti chute de cheveux, selon les besoins précis de vos cheveux.

Jean-François Cabos

Jean-François Cabos est le créateur d’une méthode unique de soin du cheveu élaborée à l’issue des recherches qu’il a coordonnées et qui ont donné lieu à la publication du livre “Cheveux, Racines de Vie” avec Hélène Clauderer aux éditions Robert Laffont (Collection “Réponses/ Santé”).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *