Chute par traction des cheveux ou par trichotillomanie

 

alopecie-traction-cheveuxOn les appelait autrefois « les alopécies du chignon », c’était en 1920, au temps où toutes les femmes portaient leurs cheveux relevés sur le dessus de la tête. Aujourd’hui, on parle d’une “alopécie par traction“. Elle est due aux queues de cheval, aux extensions, ou aux compléments capillaires afros … Les mots on changé mais le mal est resté : une traction forte et prolongée des racines peut entraîner une perte de cheveux localisée et irréversible, par épuisement des cycles de vie des cheveux.

Autre chute due à la traction : “la trichotillomanie“. Même si l’origine du trouble est très différente et procède de la psychiatrie et non de la cosmétique, le résultat est le même : à force d’être tirés, les cheveux tombent prématurément. À terme, lorsque leurs cycles de renouvellement sont épuisés, ils ne repoussent plus et forment des zones glabres sur le cuir chevelu.

CHUTE DE CHEVEUX PAR TRACTION DE LA CHEVELURE

SYMPTÔMES

traction-cheveux-enfantAux endroits où le cheveu est constamment étiré, les longueurs perdent leur élasticité et se cassent. Parallèlement, la traction exercée sur les racines peut provoquer une chute de cheveux locale, de petites irritations et une inflammation insidieuse du cuir chevelu.

Plus grave, la repousse des cheveux se fait de moins en moins bien et la chevelure commence à s’éclaircir sur les zones sensibilisées. Si la personne concernée ne réagit pas, une réelle alopécie peut s’installer localement. Surtout si la pratique de la traction des cheveux a débuté dès l’enfance.

LOCALISATION

• Pour les catogans : en « serre-tête », à la lisière du front, des tempes et des oreilles.

• Pour les petites tresses africaines : en « rangs de maïs », sur toute la surface du cuir chevelu, mais plus particulièrement sur le devant, là où le cuir chevelu est le plus sensible. Le recul de l’implantation capillaire peut aller jusqu’à 3, voire 5 centimètres, dans les cas les plus sérieux, en particulier si l’on adjoint aux cheveux naturels des tresses trop lourdes. Cf. Chute des cheveux crépus ou métissés

LA TRICHOTILLOMANIE

Ce mot savant se réfère à un trouble psychologique au cours duquel la personne concernée a pour manie compulsive de s’arracher régulièrement les cheveux. Chez l’enfant, la trichotillomanie correspond souvent à un simple tic, comme de sucer son pousse, ou de se ronger les ongles. Des cas beaucoup plus graves, mais aussi beaucoup plus rares, se rencontrent chez des femmes adultes. Ils témoignent alors toujours d’une perturbation profonde du psychisme.

SYMPTÔMES

Chez l’enfant. L’enfant s’endort ou travaille, en tordant et en tirant sur ses cheveux. Seul un côté du cuir chevelu est en général touché : le côté le plus facile d’accès, suivant que le sujet est droitier ou gaucher. Dans des zones bien définies, les cheveux sont ainsi cassés, raccourcis, de différentes longueurs. A la longue, des plaques de chevelure atrophiée se forment. Pour un spécialiste, il est facile de ne pas confondre ces plaques avec celles de la pelade.

Chez la femme adulte. L’arrachage est souvent plus étendu. Dans les cas les plus sérieux, il peut prendre l’aspect d’une brosse courte et irrégulière, sur toute la tête. Généralement, quelques mèches longues sont épargnées sur les côtés. Pour l’enfant, la manie disparaît souvent toute seule et le traitement repose sur sa prise de conscience, autant par les parents que par l’enfant. Quelques séances avec un psychologue peuvent aider. Pour la femme adulte, les traitements relèvent essentiellement de la psychiatrie.

LES CAUSES

Les causes sont toujours d’origine affective et traduiraient un mélange d’agressivité réfrénée et de besoin de tendresse. Le trouble naîtrait d’une relation problématique avec la mère.

UN PROCESSUS DE CHUTE DE CHEVEUX IDENTIQUE

Qu’il s’agisse de chute par traction ou de trichotillomanie, le processus est identique : • En surface, la tension, infligée en permanence aux cheveux, détruit les chaînes de kératine et fragilise les tiges. Les cheveux se cassent à toutes les longueurs. Sous le cuir chevelu, les racines se désolidarisent de leurs follicules pileux. Les cheveux, insuffisamment irrigués par le sang, passent plus vite de la phase de croissance à la phase télogène (Cf. Cycle de vie d’un cheveu) et tombent. Trop souvent sollicités pour produire de nouveaux cheveux, les follicules se rétrécissent et fabriquent des repousses de plus en plus fines. Puis, quand le nombre de leurs cycles de renouvellement sont épuisés, la production s’arrête.

IMPORTANT : Ne jamais oublier que chaque individu possède, dans son capital génétique, un nombre donné de cycles capillaires. Normalement ce nombre est suffisant pour produire des cheveux tout au long de sa vie. Mais si de nouveaux cycles sont sans cesse artificiellement ré-enclenchés, le renouvellement finit par s’arrêter !

LES TRAITEMENTS

Quand les follicules pileux sont inactifs depuis plus de 10, 12 mois, il n’est pas possible de les ressusciter. En revanche, on peut réactiver ceux qui sont en sommeil et faire en sorte qu’ils produisent à nouveau des repousses. Lors du Diagnostic Approfondi des Cheveux, le spécialiste Clauderer est en mesure d’analyser le pourcentage des follicules récupérables et de proposer un traitement adapté.
 

 
main3

Les contenus, figurant sur les pages de ce site, sont la propriété exclusive du Centre Clauderer. La reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, des pages, des données et de tout autre élément constitutif du site, par quelque procédé ou support que ce soit, est interdite et constitue, sans autorisation expresse et préalable du webmaster info@clauderer.com, une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

image-placeholder.svg

Diagnostic Clauderer approfondi

Faites établir un check-up complet de vos cheveux

Je veux un diagnostic