Médicaments et chute de cheveux chez l’homme

medicaments-hommes

 
Nous sommes de plus en plus médicalisés et les alopécies imputables à la prise de médicaments n’ont cessé de progresser depuis les cinquante dernières années. Les substances médicamenteuses arrivent par le sang au niveau de la papille dermique du follicule pileux. Lorsqu’elles sont nocives pour la chevelure, l’intensité de leur action négative dépend des doses prescrites, de la durée du traitement, du terrain de la personne concernée et de sa sensibilité aux problèmes capillaires.

TROIS SORTES D’ALOPÉCIES MÉDICAMENTEUSES

1. L’effluvium télogène, le plus courant

En terme médical, effluvium télogène signifie qu’une quantité de cheveux plus importante que de coutume entre en phase de renouvellement. Autrement dit, la durée de vie de ces cheveux va être écourtée, sous l’effet nocif du médicament. Les cheveux vont commencer à tomber dans les 2 à 4 mois qui suivent le début de la prise du médicament. La perte de cheveux sera diffuse, sur l’ensemble du cuir chevelu, réversible à l’arrêt du traitement mais récidivera si celui-ci est repris.

2. L’effluvium anagène

Il induit une alopécie généralement plus rapide et plus sévère. Ici, la substance médicamenteuse stoppe brusquement le développement du cheveu alors qu’il est en pleine phase de croissance. L’effluvium anagène concerne essentiellement les produits prescrits pour les chimiothérapies anticancéreuses. Comme dans le cas précédent, la chute de cheveux est réversible à l’arrêt du traitement et récidive si celui-ci est repris.

3. Les pertes de cheveux de type androgénétique

Une troisième catégorie concerne les substances « androgénisantes » contenues dans certains traitements corticoïdes ou hormonaux. Ces substances, chez les sujets prédisposés, peuvent  aggraver une alopécie androgénétique, la plus courante chez l’homme.

IMPORTANCE DU DIAGNOSTIC

Avant d’accuser un médicament, il convient de s’assurer :

– Que la chute coïncide bien, dans le temps, avec celle de la prise du médicament.

– Que ce n’est pas la maladie elle-même, ou le stress qu’elle engendre, qui se trouve à l’origine de la chute, mais bien le traitement lui-même. Dans ce cas, il faut demander à son médecin s’il est possible de remplacer ce traitement (ça l’est parfois) par une autre molécule, sans incidence sur la chute des cheveux.

– Que la substance incriminée est dûment répertoriée comme nocive pour la santé des cheveux. Certaines molécules présentent un effet négatif indéniable et quasi systématique, d’autres ont un effet certain mais moins systématique, quant au nombre de cas recensés. D’autres enfin sont controversées, n’ayant fait l’objet que de cas isolés. Un diagnostic approfondi de vos cheveux est recommandé, en cas de doute.

FAMILLES DE TRAITEMENTS INCRIMINÉES

Le tableau ci-dessous regroupe les principales familles de médicaments parmi lesquelles certaines molécules sont susceptibles de déclencher une alopécie médicamenteuse.

FAMILLES THÉRAPEUTIQUES

Anticoagulants (rendre le sang plus fluide)

Antidépresseurs

Antiépileptiques/anticonvulsivants (diminuer l’activité du système nerveux central)

Antihypertenseurs Hypertension et perte de cheveux androgénétique

Anti-inflammatoires à la colchicine : contre les crises de goutte

Anti-inflammatoires stéroïdiens (AIS) : corticoïdes de synthèse

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : contre la douleur et les rhumatismes

Antimitotiques : chimiothérapies anticancéreuses Chimiothérapie et chute de cheveux

Antithyroïdiens : réguler la glande thyroïde Chute de cheveux et problèmes thyroïdiens

Bêtabloquants (bloquer l’action de l’adrénaline)

Hypocholestérolémiants-Hypolipémiants Cholesterol et chute de cheveux

Interferons alpha (réguler le système immunitaire)

Lithium (régulateur de l’humeur)

Rétinoïdes (soigner les formes graves d’acné, de séborrhée, de psoriasis)

Sels d’or : (anti-rhumastimal, pour soigner la polyarthrite)

Traitements hormonaux substitutfs – Homme (THS) (remplacer la testostérone naturelle, en cas d’insuffisance)

TYPE D’ALOPÉCIE

effluvium télogène

effluvium télogène

effluvium télogène

effluvium télogène

effluvium télogène

androgénétique

effluvium télogène

effluvium anagène

effluvium télogène

effluvium télogène

effluvium anagène

effluvium télogène

effluvium télogène

effluvium télogène

effluvium télogène

androgénétique

 

Autres familles où peuvent se trouver des molécules favorisant une alopécie (chute de cheveux) :

Certains antiarythmiques, antibiotiques, antifongiques, antigonadotropes, antihelminthiques, antimigraineux, antinéoplasiques, antipaludiques, antiparkinsoniens, antirhumatismaux, antiulcéreux, antiviraux, hormones thyroïdiennes, immunomodulateurs, immunosupresseurs, inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), neuroleptiques…

LISTE ROUGE DES MÉDICAMENTS

Pour savoir si le médicament précis que vous prenez peut engendrer une chute de cheveux, reportez-vous à la liste alphabétique. Cette liste n’est pas exhaustive mais comprend la plupart des médicaments, vendus en pharmacie et susceptibles de provoquer une alopécie (elle ne comprend pas les traitements réservés à l’usage hospitalier).

CONSULTER LA LISTE ALPHABÉTIQUE DES MÉDICAMENTS

main3

Les contenus, figurant sur les pages de ce site, sont la propriété exclusive du Centre Clauderer. La reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, des pages, des données et de tout autre élément constitutif du site, par quelque procédé ou support que ce soit, est interdite et constitue, sans autorisation expresse et préalable du webmaster info@clauderer.com, une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

image-placeholder.svg

Diagnostic Clauderer approfondi

Faites établir un check-up complet de vos cheveux

Je veux un diagnostic