Carence en fer et chute des cheveux

 

carence-en-fer

Près de la moité des femmes en âge de procréer serait carencée en fer

 

EN BREF

Le fer conditionne la bonne santé du sang et celle des cheveux, par voie de conséquence. Son rôle ? Il est indispensable au métabolisme des globules rouges, lesquels transportent l’oxygène des poumons et le redistribuent dans tous les tissus organiques. Le fer est donc vital pour la nutrition et l’oxygénation des cellules de reproduction du cheveu. Un manque de fer installé (anémie ferriprive ou carence martiale) peut entraîner un cheveu plus fin, plus terne, plus rare.

VOS SYMPTÔMES

– Le cheveu s’affine et perd de sa brillance.

– La chute de cheveux est chronique et diffuse, sur l’ensemble de la tête. Parfois cette chute n’est pas spectaculaire du tout ! Dans ce cas, vous ne trouvez pas que vos cheveux tombent trop, vous notez simplement une perte de volume qui deviendra de plus en plus significative, au fil des mois. D’autres fois, au contraire, la chute quotidienne est assez importante et vous en prenez vite conscience.

– Parallèlement, d’autres symptômes liés à l’anémie peuvent vous mettre sur la piste : fatigue et coups de barre inexpliqués, ongles cassants, paleur de la peau.

Devant ces symptômes, une analyse de sang est recommandée, pour vérifier votre taux de ferritine (réserve de fer de votre organisme). Ce taux doit être égal ou supérieur à 40 ng/l de sang. S’il est inférieur, votre manque de fer a toutes les chances d’être la cause (ou l’une des causes) de votre problème capillaire. Ceci sera à confirmer par un diagnostic de vos cheveux.

LES PERSONNES À RISQUE

LES FEMMES D’ABORD

Le manque de fer provient le plus souvent de pertes de sang excessives et non compensées par l’alimentation quotidienne. Les déficits touchent donc principalement les femmes en âge de procréer. Celles-ci perdent en moyenne deux fois plus de fer que les hommes et près de la moitié d’entre elles seraient plus ou moins carencées, selon différentes études. Sont donc à surveiller particulièrement :

• Les cycles menstruels abondants et prolongés.

• Le port d’un stérilet, pour les mêmes raisons.

• La grossesse : à partir du quatrième mois, le fœtus utilise directement le fer de sa mère pour fabriquer ses propres globules rouges. De plus, les accouchements s’accompagnent de perte sanguine importante.

• L’allaitement les maternités rapprochées et/ou multiples.

• Les régimes restrictifs prolongés.

• Les femmes souffrant d’une alopécie androgénétique ou d’une pelade. Notre expérience nous a en effet permis de constater depuis longtemps que ces femmes ont plus de chance que les autres de développer une anémie ferrique. Ce constat a été confirmé par une étude réalisée en mai 2013 Rôle de la ferritine et de la vitamine D, dans les pertes de cheveux féminines.

Ainsi, durant toute leur vie gynécologique active, de la puberté à la ménopause, les femmes ont des besoins en fer beaucoup plus importants que ceux des hommes. Ces besoins différents sont souvent mal connus et à l’origine des anémies féminines. Ci-dessous le tableau des apports journaliers recommandés (AQR), suivant les sexes :

AQR

FEMME

HOMME

PUBERTÉ

14-18 mg

12 mg

ADULTE

16-18 mg

9 mg

GROSSESSE

25-35 mg

ALLAITEMENT

20-22 mg

MÉNOPAUSÉE

9 mg

 

LES VÉGÉTARIENS ÉGALEMENT

Les végétariens représentent une autre catégorie à risque pour l’anémie. Deux raisons à cela :

  1. Les végétaux contiennent moins de fer, en moyenne, que les viandes ou les poissons.
  2. Mais surtout, le fer contenu dans les légumes (fer non héminique) est de 4 à 5 fois moins bien absorbé par l’organisme que celui venant de la viande ou du poisson (fer héminique). Exemple : Les lentilles cuites contiennent 2,5 mg de fer non héminique par 100 g, le foie de bœuf, lui, en contient 10. De plus, il est 5 fois mieux absorbé par l’organisme. Faites le calcul : pour absorber l’équivalent en fer de ce qu’apporte un foie de 100 g, il faut avaler un plat de lentilles cuites de 2 kg !

PRONOSTIC ET TRAITEMENT DE LA CHUTE DE CHEVEUX

Une chute de cheveux par carence ferrique se stabilise totalement lorsque la cause qui l’a provoquée disparaît. Mais il convient d’être patient, la reconstitution du stock de fer de l’organisme prend du temps et requiert une supplémentation de longue durée. Il faut compter au minimum 3 mois de traitement (c’est le temps que mettent les globules rouges à se former) et 2 mois supplémentaires pour que les repousses commencent à affleurer.

Entre-temps et en parallèle, il est conseillé de suivre un traitement capillaire local, pour limiter les dégâts provoqués par le manque de fer. En clair, il s’agit de déclencher plus rapidement le retour des repousses et d’aider le cheveu à reprendre de l’épaisseur, par des soins Clauderer adaptés au problème.

LA SUPPLÉMENTATION

Quel que soit le médicament qui vous est prescrit par votre médecin (Tardyferon, Fero-Grad…), celui-ci n’est pas à prendre à la légère. Le fer est un élément fragile, facilement inhibé, et le traitement doit suivre certaines règles :
La prise
En gros, avant les repas, vous optimisez l’absorption ; pendant les repas, vous optimisez la tolérance. Le fer est en effet mieux absorbé s’il est pris avec un verre d’eau (ou, mieux, un verre de jus d’orange), 1/4 d’heure avant un repas. Cela dit, en cas d’intolérance (douleurs abdominales, constipation, diarrhée…), mieux vaut le prendre en plusieurs fois au cours du repas, plutôt que de décider d’arrêter le traitement.

Bonnes alliances

La vitamine C multipliant par trois son absorption, il est bon de consommer des légumes, des salades et des fruits qui en contiennent beaucoup (les agrumes, en particulier). Mais attention, pas à n’importe quel moment de la journée : au cours du repas qui suit la prise, sinon, l’influence de la vitamine C n’aura pas d’effet sur le fer.

Mauvaises alliances

Il ne faut pas boire de thé ou de café, dans l’heure qui suit la prise car leur tannin diminue la fixation du fer. Il ne faut pas non plus absorber trop de laitages, aux repas qui suivent la prise, le calcium étant également inhibiteur.

Enfin, la nourriture quotidienne tiendra compte des aliments riches en fer, afin d’agir en synergie avec la supplémentation. Cf. Aliments indispensables à la santé du cheveu

LE TRAITEMENT CAPILLAIRE LOCAL

Il vient en complément de la supplémentation et se justifie donc à deux niveaux :
1° Pendant la cure de fer, il aide à oxygéner et maintenir en vie les follicules pileux et les racines qui ont tendance à s’atrophier sous l’effet de l’anémie.
2° À l’arrêt de la chute, il aide les repousses et les cheveux à retrouver force et brillance.

Nous détaillerons toutes ces recommandations, lors du Diagnostic Approfondi de Vos Cheveux.

image-placeholder.svg

Diagnostic Clauderer approfondi

Faites établir un check-up complet de vos cheveux

Je veux un diagnostic