ContactAdresse : 346, rue Saint-Honoré. 75001 Paris 01 42 61 28 01

Chimiothérapie et chute de cheveux

Chimiothérapie et chute de cheveux

CHUTE-CHEVEUX-CHIMIOTHERAPIEEN BREF

La chute des cheveux est l’un des effets secondaires les plus redoutés par les patients qui subissent une chimiothérapie contre le cancer. La plupart vivent le symptôme comme un stigmate de leur maladie, une baisse de leur identité personnelle, un handicap dans leur relation avec autrui. Ceci, à un moment où ils ont besoin de garder tout leur moral pour vaincre la maladie.

Pour dédramatiser le sujet et donner quelques conseils de bon sens, Le Centre Clauderer répond ici aux questions qui lui sont le plus souvent posées par les patients eux-mêmes ou par leur entourage.

SOMMAIRE

1. La chimio fait-elle toujours tomber les cheveux ?

Non, tout dépend des substances utilisées. Celles qui sont administrées pour soigner les cancers digestifs, par exemple, ne provoquent généralement pas de chute de cheveux alors que celles qui soignent les cancers mammaires en provoquent la plupart du temps. Et puis, cela dépend aussi du «terrain» : certains cuirs chevelus sont plus réceptifs que d’autres aux agents toxiques, ce qui fait qu’un même protocole peut avoir des effets différents d’un patient à l’autre.

2. Je veux comprendre ce qui entraîne la perte des cheveux ?

Les chimios anticancéreuses tuent toute cellule en division, qu’elle soit maligne ou saine. Leur intervention n’est donc pas sélective : elles peuvent également bloquer, dans les follicules pileux, l’activité des cellules-souches du cheveu. Explication :

- En temps normal, ces cellules-souches se divisent à un rythme débridé (le plus rapide de l’organisme) en « cellules-filles », lesquelles vont fabriquer la kératine du cheveu.

- Avec certains agents anticancéreux, le processus de division est brutalement stoppé, les jeunes cellules cessent de naître et de se multiplier et la chevelure commence à tomber, deux à trois semaines après le début du traitement.

- Mais les cellules-souches n’étant pas atteintes, l’activité cellulaire reprend, dès la fin du traitement, et les cheveux repoussent la plupart du temps. Cependant, aujourd’hui, certains protocoles plus puissants qu’autrefois, s’ils guérissent de mieux en mieux le cancer, peuvent en revanche parfois provoquer la perte définitive (partielle ou totale) de la chevelure.

3. Que pensez-vous du casque réfrigérant ?

Le principe est rationnel : le froid contracte les vaisseaux sanguins du cuir chevelu et réduit la pénétration des produits anticancéreux dans les cellules où se forment les cheveux. Il évite ainsi ou diminue leur chute. Sur certains traitements, il peut être efficace, sur d’autres, il ne sert à rien, et l’infirmière ne le propose même pas.

Si votre équipe soignante vous propose un casque, c’est qu’il a des chances de marcher sur votre traitement et cela vaut la peine d’essayer. Mais, là encore, tout va dépendre de votre terrain et de la sensibilité de votre cuir chevelu : certains patients le supportent, d’autres le trouvent trop inconfortable. Si vous le supportez, vous pourrez peut-être garder une grande partie de votre chevelure. Mais il faudra le porter à chaque séance de chimio.

4. Le médecin me conseille de me faire couper les cheveux, avant la chimio...

Cela n’empêchera pas vos cheveux de tomber, s’ils doivent tomber. Pour autant, c’est une recommandation judicieuse, dans tous les cas de figures :

- Si vous portez une perruque ultérieurement, cela vous habituera à avoir les cheveux courts, avant le traitement. L’idéal est même de faire exécuter votre coupe et de choisir votre perruque en même temps, afin que les deux correspondent. Cette démarche vous permettra de mieux supporter psychologiquement le moment où vos cheveux commenceront à tomber.

- Si vous portez un casque réfrigérant, une coupe courte augmente les chances d’efficacité.

- Enfin, si vos cheveux ne tombent que partiellement, les soins quotidiens (coiffage, démêlage) et vos shampooings seront plus faciles à faire et moins douloureux.

5. Ma chimio est en cours, je n'ai plus de cheveux, mon cuir chevelu est douloureux

Votre cuir chevelu est endolori par trop de toxines qui s’amassent sous votre peau. Il a absolument besoin d’être massé en douceur, avec une crème hydratante et anallergique, pour débloquer ses microtensions locales, le détendre et le sensibiliser à nouveau. Au Centre Clauderer, nous avons mis au point des massages spécialement adaptés à la situation, faciles à exécuter vous-même, et dont nous pouvons vous communiquer gracieusement le mode d’emploi. Si ces massages vous intéressent, envoyez-nous un e-mail à [email protected], pour nous préciser votre nom et votre adresse postale. Vous recevrez en retour la fiche « Massages Clauderer durant une chimiothérapie ».

6. Je viens de finir mon traitement, quand mes cheveux vont-ils repousser ?

La repousse varie suivant les substances qui vous ont été administrées. Certaines s’évacuent très rapidement de l’organisme et les cheveux commencent à repousser aussitôt. Pour d’autres, il faut attendre un peu. Mais dans la plupart des cas, dès la fin du premier mois, on doit voir des repousses apparaître un peu partout sur le cuir chevelu. Ensuite, il faut compter en moyenne un centimètre de pousse par mois.

7. Le port d’une perruque peut-il gêner une repousse normale ?

En aucun cas. Aujourd’hui, les perruques sont suffisamment aérées et légères pour laisser respirer votre cuir chevelu et ne pas déranger le «travail» des cheveux qui s’opère en dessous.

8. Mes cheveux ne repoussent pas aussi bien qu'avant...

C’est vrai, si pour certains la qualité des nouveaux cheveux est immédiatement identique à celle d’avant (et même meilleure parfois), pour d’autres, la repousse passe par l’intermédiaire de cheveux différents :
. soit plus fins et moins denses,
. soit blancs ou partiellement blancs,
. soit frisés, alors qu’ils étaient raides,
. soit raides alors qu’ils étaient frisés…
Mais ne vous inquiétez pas, ceci est temporaire, vos cheveux vont s’épaissir et se repigmenter progressivement. Il faut laisser le temps à vos cellules pilaires traumatisées de reprendre leur vitalité et tout va rentrer dans l’ordre.

9. Un soin capillaire peut-il aider à retrouver plus vite mes cheveux d’avant ?

Oui, il est possible de favoriser une repousse plus dense et vigoureuse du cheveu, par des massages spécifiques et l’application de produits naturels qui aident le cuir chevelu à se débarrasser des toxines médicamenteuses et stimulent l’activité des racines (huiles essentielles, protéines soufrées, vitamines B et différents minéraux).

Au Centre Clauderer, avant de conseiller tel ou tel soin particulier, nous préférons faire un diagnostic approfondi du cuir chevelu et des repousses, afin de proposer un traitement et des conseils parfaitement adaptés à chaque cas. Consultation sur rendez-vous, en téléphonant au préalable au 01 42 61 28 01.

10. Mes cheveux repoussent en duvet, j'ai envie de les raser pour les fortifier...

Cela ne les rendra pas plus vigoureux pour autant. La coupe n’a pas d’influence sur la vigueur des cheveux car ils ne poussent pas par leur pointe, comme le gazon, mais par leur racine. C’est de la racine (et des vaisseaux sanguins qui la nourrissent) que le cheveu puise sa vigueur. Pour aider vos repousses à se fortifier, c’est donc sur la racine qu’il faut agir (cf. question précédente).

11. L’alimentation joue-t-elle un rôle dans la repousse des cheveux ?

Oui, bien-sûr, puisqu’elle joue déjà un rôle déterminant sur un cheveu en pleine vitalité, a fortiori le fait-elle sur un cheveu traumatisé. Après une chimio, vos cheveux ont particulièrement besoin de vitamines naturelles (que vous allez trouver dans les fruits et les légumes crus), de protéines soufrées (sole, thon, jambon cuit, poulet, jaune d’œuf…) et d’acides gras essentiels + vitamine E (huiles de germe de blé et d’olive, poissons gras des mers froides, amandes, noisettes…).

12. Quand puis-je refaire une couleur pour cacher mes cheveux blancs ?

Dès que vos cheveux auront repris une certaine longueur (2, 3 cm), il n’y a pas de contre-indication à vous refaire une couleur. Au début, nous vous conseillons cependant les teintures aux plantes sans oxydant, henné par exemple ou colorations temporaires. Vous éviterez ainsi toute irritation et possibilité de réaction allergique de votre cuir chevelu.

Diagnostic Clauderer Approfondi

je profite de l'offre

26 nov 2013 Aucun commentaire

Les commentaires sont fermés.

RechercherBlogMenuAccueil